hassansylla Pas de commentaire

Interview exclusive Louis Camara, le PDG de KAMSAR PETROLEUM, l’entrepreneur au service de la nouvelle Afrique, un symbole de la nouvelle Afrique

INTERVIEW EXCLUSIVE LOUIS CAMARA, LE PDG DE KAMSAR PETROLEUM, L’ENTREPRENEUR AU SERVICE DE LA NOUVELLE AFRIQUE

Comme quoi, il faut de l’audace, voire même de la témérité, pour ouvrir les portes fermées à double tour, verrouillée où seuls les initiés, les riches, ont voix au chapitre. Si le Conseil International des Mangeurs Africains (CIMA) a primé Louis Camara en 2016 comme le meilleur manageur africain de l’année, c’est pour mettre en exergue certes sa réussite, mais aussi la pertinence de son initiative. Pour montrer aussi jeunes africains de sa génération de l’ensemble du continent que «  seul le ciel est la limite », qu’il n’ya pas de bastille inaccessible, ni de secteur économique réservé, chasse gardée des nantis et des pistonnés.

Lorsqu’on est bien formé et qu’on se prépare en conséquence, toutes les conquêtes sont possibles. Louis Camara a une tête bien faite. Il est ingénieur et a donc la formation requise pour embrasser des carrières polyvalentes.

Le succès est ici comme ailleurs : au bout de l’effort, de l’engagement et de la persévérance.

 

Africa TIMES Magazine : Bonjour Monsieur Louis Camara. La Première question que nous voulons vous poser est en fait qui est Louis Camara, celui qu’on ne connait pas.

Louis Camara : Je vais vous dire brièvement que Louis Camara est un guinéens, né le 27 avril 1984 à Boffa, de mère ménagère et d’un Père Administrateur civil. J’ai fait mes études primaires et secondaires à Boffa en passant par Sangarédi aussi. Après, j’ai eu mes deux BAC à Boffa, j’étais admis à l’Institut Supérieur des Mines et Géologie de Boké où j’ai passé cinq (5) ans d’études d’ingénieur dans le domaine des mines. J’’étais sorti diplômé Ingénieur sénior en mine en 2007. Donc brièvement, je suis ingénieur de mine de profession, mais actuellement nous faisons principalement la distribution et la vente des produits pétroliers.

Africa TIMES Magazine : Monsieur Louis Camara, en votre qualité de Directeur Général de Kamsar Petroleum, pouvez-vous nous faire une présentation brève de cette compagnie ?

Louis Camara : Comme je vous ai dit tout au début, cette compagnie est une compagnie de distribution, de manutention des produits pétroliers en Guinée. Elle est née en 2015, elle est 100% guinéenne et nous l’avons débutée depuis 2015 avec des jeunes de Guinée, des jeunes talents que j’ai eu à recruter. Je les ai pris avec moi, nous sommes en train de développer notre entreprise ensemble. Nous sommes en train de faire pas mal de choses sur le terrain dans le domaine du secteur pétrolier, bien sûr.

Africa TIMES Magazine : Pourquoi avoir choisi le secteur pétrolier alors que vous venez des géo-mines ?

Louis Camara : C’est une très belle question. Vous savez dans la vie quand on est ingénieur, on est concepteur. Du moment où on devient concepteur, on réfléchit et quand on réfléchit, il suffit juste qu’il y ait des coups de pouce, tu pourras juste comprendre quelle est la meilleure décision pour toi dans la vie. C’est vrai, je suis ingénieur de mine de formation, mais vous devez savoir une chose: dans notre pays, nous vivons dans un monde très vierge. Si un concepteur est là, il réfléchit aux domaines qu’il pourra embrasser en dehors du secteur minier et que si toutefois vous essayez de trouver que nous pouvons aller dans le sens positif avec cette activité, je le fais tout de suite. C’est pourquoi moi j’ai choisi le domaine pétrolier  parce que c’est un cadre particulier. Nous avons quelque chose de très très différent par rapport à nos aînés parce que nous, nous sommes en train de faire la commercialisation des stations-services mobiles. Or, ces stations-services mobiles permettent de désenclaver les zones les plus reculées, permettent d’éviter la spéculation, permettent d’éviter la carence ou le manque des produits pétroliers dans les zones les plus reculées de la Guinée. C’est pourquoi notre activité est un peu différente par rapport à nos aînés.

Africa TIMES Magazine : C’est l’occasion pour nous de poser la question à savoir, quel regard portez-vous sur le secteur du pétrole dans le cadre de la gestion en Guinée, surtout dans les zones minières ?

Louis Camara :Je puisse vous dire aujourd’hui sans risque de me tromper que ce secteur se porte très bien actuellement du fait qu’il y a le respect de l’engagement vis-à-vis du fournisseur et nous. Vous n’êtes pas sans savoir que dans le domaine des distributions de pétrole en Guinée, il y a une réglementation qui est là. Cette réglementation est légiférée par l’ONAP (Office National du Pétrole) qui fait le pont avec la SGP (Société Guinéenne du Pétrole) qui est l’actrice principale de réception et attribution des produits pétroliers aux marqueteurs. De l’autre côté, il y a l’ONAP qui est-là en train de suivre des règles et la régulation de toutes les parties prenantes. Donc, c’est un secteur qui se porte pas mal parce qu’il est bien réglementé, bien structuré et tous les points sont éclairés pour que ce secteur puisse suivre son chemin dans les règles et toute la rigueur qui en découlent, parce que vous n’êtes pas sans savoir que les produits pétroliers sont des produits qui sont dangereux, des produits qui sont sensibles. Mais ces produits aussi sont dans un secteur névralgique, donc ce domaine participe au développement de la nation, par exemple, il y a un approvisionnement bien classé. Ça c’est d’une part. Et d’autre part, il y a pas de rareté, il y a pas de manque. Vous savez ici s’il n’y a pas de carburant à la pompe ce que cela peut affecter le secteur économique. C’est pourquoi ce secteur est très bien réglementé et franchement, je peux le dire sans risque de me tromper qu’il se porte très très bien actuellement dans notre pays.

Africa TIMES Magazine : Donc les industries minières, les sociétés minières qui sont notamment à Kamsar peuvent enfin se reposer sur cette sécurité et sur cette régularité de l’approvisionnement qui leur permettent de faire leur prévisions à moyen et long terme. Quelle est votre recette dans ce succès ?

Louis Camara : Vous savez la zone de Boké est une zone minière par excellence. Actuellement, il y a pas mal de travaux de grandes envergures dans le domaine minier qui en cours  dans la zone de Boké. Si vous prenez seulement la CBG Compagnie de Bauxite de Guinée) qui est une société de dimension internationale en train de faire une production assez conséquente. Pour faire ces travaux, elle a fait appel actuellement aux sociétés qui sont en train de sous-traiter avec elle pour faire l’extension de ses installations. Nous, nous sommes en relation avec ces sociétés sous-traitantes, nous leur garantissons la fourniture et la distribution du carburant. J’ai pas mal de client par ceux-ci (Golas, Satom, Technesol, Wibo, Wining), pas mal de sociétés qui sont en train de faire des travaux de sous-traitance avec des compagnies de la place. A côté de la CBG, vous avez la GAC (Guinea Alumina Corporation) que nous approvisionnons aussi en carburant. Pas mal d’entreprises aussi qui sont à côté de SMB du côté de Katougouma, de Dapilon, ça c’est dans la zone de Kolabounyi avec qui, nous sommes en train de travailler. Nous leur fournissons et nous leur garantissons la disponibilité de ces produits pétroliers.

Africa TIMES Magazine : Je pense que ça été une grande lutte pour vous de proposer une idée originale, je pense que vous avez été primé dans le monde pour cette innovation, vous avez eu peut être des difficultés, quels sont les moments les plus importants dans votre entreprise.

Louis Camara : Les moments critiques pour moi, c’est quand je suis face aux défis, du moment où j’ai du challenge devant moi. Je réfléchis alors, j’essaye de tracer mon chemin, j’essaye de tracer ma trajectoire pour voir quels sont les plans que je vais mettre en place pour y arriver. Donc, ce sont des moments qui sont parfois très hallucinants. Mais après, je tire mon épingle du jeu, donc c’est des moments très critiques pour moi. Ça, c’est d’une part. D’autre part, quand actuellement vous savez la concurrence est assez serrée et vous savez dans le secteur pétrolier, les prix sont fixés, les prix sont réglementés, donc tu ne vends pas ta marchandise comme tu le veux. Du moment où tu as cette contrainte, il y aura d’autres services à côté que tu peux apporter à tes clients pour qu’ils soient satisfaits, c’est en ce moment que vos clients vont avoir confiance en vous. Il y aura alors quelques services auxiliaires qu’ils vont vous confier qui vous permettront de faire des activités génératrices de revenus.

Africa TIMES Magazine : J’ai vu que Kamsar Pétrolium, par exemple, fait des prestations connexes. Quand on va chercher des produits pétroliers, on a besoin peut être de laver son camion, sa voiture, de faire le vidange et d’acheter parfois à boire simplement. J’ai vu que vous avez aussi mis en place ces services. Est-ce-que c’est une filiale, c’est toujours le même groupe qui fait ces distributions des produits non pétroliers ?

Louis Camara : Comme vous l’avez dit Kamsar Pétrolium est en train de s’implanter en Guinée, de se faire son réseau et se faire son développement. Donc, dans nos opérations, nous ne distribuions pas des produits pétroliers seulement à partir de nos stations-services mobiles. Nous avons des entreprises qui ont des engins assez lourds qui ne peuvent pas chaque fois se mobiliser pour être dans nos stations. Donc, ces engins-là, nous avons des services à côté qui viennent les servir sur le site. Ça c’est l’un des services que nous sommes en train de faire pour développer notre secteur d’activités. Nous avons aussi notre station tampon qui se trouve à Kamsar, nous avons une boutique à côté, toutes les personnes qui viennent pour payer du carburant comme les autres stations ordinaires, s’y payent des rafraîchissants ou y font d’autres courses qu’ils peuvent rencontrer dans notre boutique. Mais, notre activité principale actuellement est essentiellement liée au transport et à la distribution de ces produits pétroliers aux sociétés minières avec qui nous avons des contrats.

Africa TIMES Magazine : Je vois que vous êtes dans un monde très concurrentiel où tout peut arriver et où tous les coups sont permis. Votre concept de station d’essence mobile est un concept innovant, toute l’Afrique vous a applaudi ainsi que le monde. On vous voit partout dans les salons internationales des hydrocarbures, donc vous avez à faire face à un défi de développer votre entreprise. Pourrez-vous nous donner un aperçu de vos perspectives dans ce cadre très concurrentiel ?

Louis Camara : Comme vous venez de le dire, vous savez quand on est jeune et que nous avons l’avenir devant nous. Vous pouvez chaque fois attaquer d’autres domaines qui pourront vous aider à développer votre secteur bien précis, il faudra apporter ce qu’on appelle le sérieux à la chose. Du moment où vous apportez du sérieux à la chose, vous vous faites remarquer tout de suite parce que vous allez vous faire remarquer non seulement par la rigueur, mais aussi vous allez vous faire remarquer par le bon travail, vous allez vous faire remarquer du fait que vous avez fait approcher des jeunes qui sont-là bien engagés, qui sont décidés à développer avec vous de par vos comportement, de par votre présence dans votre secteur d’activités. Donc, tant que vous essayez de poser ces jalons, tout de suite vous allez vous faire remarquer. Donc du moment où vous vous faites remarquer, vous serez sollicité par tout, tantôt c’est des forums, tantôt c’est des grandes conférences, tantôt c’est des primes qu’on vous décerne. Cela est encourageant parce que parfois vous vous rendez compte que la maison que vous êtes en train de construire est une maison bien bâtie sur du solide parce que vous êtes en train de vous faire remarquer dans le bon sens, sur le bon chemin pour développer votre secteur d’activités.

Africa TIMES Magazine : En 2016-2017, consécutivement, vous avez eu le prestigieux prix de meilleur manager Africain de l’année, pourrions-nous parler un peu de ce succès ?

Louis Camara : Le succès c’est bien, j’ai eu ce prix, j’ai été meilleur manager Africain par le CIMA (Conseil International des Managers Africains) pas parce que c’est moi qui suit le meilleur, mais parce que je suis un jeune à encourager. Notre projet était à encourager parce que c’était un projet innovant, donc nous avons été primés dans ce sens parce qu’on avait notre concept à nous et nos objectifs.  C’était tous ensemble se donner la main pour développer notre pays dans notre secteur. C’était notre part de contribution d’aider les dirigeants de notre pays à développer notre pays avec eux, développer notre secteur d’activités avec ces dirigeants. Donc, c’est eu égard à tous ces jalons que je viens de citer que nous avons été choisis comme étant meilleur manager Africain.

Africa TIMES Magazine : Avant que je pose la dernière question, je voulais savoir si le concept de station essence mobile est une marque déposée, est-ce-que vous êtes ouvert à la concurrence en Guinée, en Afrique, les gens peuvent créer le concept aussi librement, même bien-sûr tout le monde n’a pas votre équipement ?

Louis Camara : Nous n’avons pas de marque déposée, mais vous savez, dans le secteur pétrolier, il faudra bien réfléchir pour toucher du doigt d’où le besoin se fait sentir le mieux. Chacun peut faire ce qu’il veut faire mais en le faisant, il faut bien le faire dans les règles de l’art mais surtout dans la sécurité. Or, nous, nous avons des stations-services mobiles qui sont certifiées, nous avons des stations-services mobiles conçues pour la cause dans les normes les plus sécuritaires au monde. Je sais ce que je suis en train de vous dire. C’est pourquoi nous avons opté à suivre ce concept, à embrasser ce domaine pour que nous puissions développer ce secteur mais dans des cadres techniques et sécuritaires bien définis.

Africa TIMES Magazine : Vous avez un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs du continent ?

Louis Camara : Oui, j’ai des conseils à donner aux jeunes surtout à la nouvelle génération de guinéens parce que avant tout nous sommes guinéens, il faudra que nous tous nous pensions au développement socio-économique de notre pays. Le conseil que j’ai à donner aux jeunes surtout les leaders est de se lever comme un seul homme pour avoir un lendemain meilleur. Non seulement je conseille d’éviter l’immigration en restant dans notre pays et poser des actes allant dans le sens du développement économique de la nation. Aujourd’hui, nous sommes fiers de poser quelques choses pour notre pays, comme ça demain, on aura quelque chose à léguer pour la génération future. Tout ce que je vais dire aux jeunes de Guinée,  c’est dire qu’on en aura jamais assez dans le domaine de développement de notre nation. Nous devons donc faire preuve de maturité en donnant de très bels exemples à la génération future.  On avait dit au début de cet interview, ce n’est pas que Kamsar Pétrolium que nous sommes en train de diriger. A côté de Kamsar Pétrolium, nous sommes en train de développer aussi le secteur minier. Nous allons exploiter les jours qui suivent une carrière de dolorite dans la zone minière de Boké, tout ça c’est des actions qui sont liées aux emplois jeunes, c’est des actions qui sont liées à la création de l’emploi pour la jeunesse guinéenne, donc nous sommes en train de faire ce secteur aussi que nous allons développer si le temps nous le permettra et s’il plait à Dieu.

Africa TIMES Magazine : Je vous remercie Monsieur Louis Camara

Louis Camara : C’est moi qui vous remercie.

hassansylla Pas de commentaire

Sponsoring : Kamsar-Petroleum offre un bus flambant-neuf au CIKamsar.

Sponsoring : Kamsar-Petroleum offre un bus flambant-neuf au CIKamsar.
La joie se lisait sur le visage des populations de Kamsar, ce samedi 3 mars
2018; et pour cause, le CIK, le club communautaire sera désormais
transporté par un bus flambant-neuf offert par la Société KamsarPetroleum.
La cérémonie de remise officielle a eu lieu au stade annexe, en
présence d’une foule nombreuse.
L’épanouissement de la jeunesse est l’affaire de tous. Ce message, KamsarPetroleum
l’a bien compris. C’est pourquoi, elle offre un bus climatisé, sonorisé
de 56 places, équipé de plusieurs écrans et d’une toilette interne, un véritable
bijou, à l’image des bus de Réal Madrid ou du FC Barcelone.
Les différentes communautés, toutes tendances confondues se sont puissamment
mobilisées en vue de se frayer un petit passage pour voir de plus près, l’homme
prodige, le généreux donateur de ce prestigieux bus, l’homme qui vient de
mettre fin aux difficultés et risques de voyage des joueurs du CIK.
En effet, ce bus va sans nul doute faciliter et sécuriser les déplacements du CIK
lors des compétitions nationales (coupe et championnat) sur l’ensemble du
territoire national.
Au nom de son Bureau Exécutif, le Président du CIK, le Général Mathurin
BANGOURA a tenu à remercier chaleureusement M. Louis CAMARA,
Directeur Général de Kamsar-Petroleum et tous ses collaborateurs pour l’appui
manifesté à l’endroit de son club.
« Permettez-moi de rendre un hommage mérité à M. Louis CAMARA, pour son
soutien généreux à cet égard et pour les nombreuses autres actions salvatrices
qu’il ne cesse de poser en faveur de cette couche juvénile de Kamsar » a-ajouté
le Sous-Préfet.
Selon le DG de Kamsar-Petroleum, ce nouveau bus sera un signe de motivation
supplémentaire pour les joueurs du CIK. M. Louis CAMARA a invité toutes les
sociétés de la place à œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie et de
travail des jeunes sportifs, car dit-il « plus leurs conditions de vie et de travail
seront meilleures, mieux ils nous donneront de bien meilleurs résultats sur le
terrain ».
Avant de terminer son allocution, M. CAMARA a imploré la jeunesse de
Kamsar à privilégier le dialogue et à s’abstenir de tout acte de vandalisme à
l’endroit des sociétés de la place.
La cérémonie a pris fin par des prières et bénédictions en faveur de la prospérité
de Kamsar-Petroleum et de la santé de l’ensemble de ses employés.