hassansylla No Comments

EXCLUSIVE INTERVIEW LOUIS CAMARA, CEO OF KAMSAR PETROLEUM, ENTREPRENEUR SERVING NEW AFRICA

Like what, it takes daring, even even temerity, to open the doors closed double turn, locked where only the initiated, the rich, have a voice in the chapter. If the International Council of African Eaters (CIMA) awarded Louis Camara 2016 as the best African manager of the year, it is to highlight certainly its success, but also the relevance of its initiative. To show as young Africans of his generation from across the continent that “only the sky is the limit”, that there is no inaccessible Bastille, or reserved economic sector, the preserve of the haves and the boosted.

When one is well trained and prepared accordingly, all conquests are possible. Louis Camara has a well made head. He is an engineer and therefore has the training required to embrace versatile careers.

Success is here as elsewhere: at the end of the effort, commitment and perseverance.

 

Africa TIMES Magazine: Hello Mr. Louis Camara. The first question we want to ask you is who is Louis Camara, the one we do not know.

Louis Camara : I will tell you briefly that Louis Camara is a Guinean, born on April 27, 1984 in Boffa, a housewife and a Father Civil Administrator. I did my primary and secondary studies in Boffa via Sangarédi too. After, I had my two BAC in Boffa, I was admitted to the Higher Institute of Mines and Geology of Boké where I spent five (5) years of engineering studies in the field of mining. I graduated as a senior engineer in mine in 2007. So briefly, I am a mining engineer by profession, but at present we mainly distribute and sell petroleum products.

Africa TIMES Magazine: Mr. Louis Camara, as Managing Director of Kamsar Petroleum, can you give us a brief presentation of this company ?

Louis Camara : As I told you at the beginning, this company is a distribution company, handling petroleum products in Guinea. She was born in 2015, she is 100% Guinean and we started her since 2015 with young people from Guinea, young talents that I had to recruit. I took them with me, we are developing our business together. We are doing a lot of things on the ground in the oil sector, of course.

Africa TIMES Magazine: Why choose the oil sector when you come from geo-mines ?

Louis Camara : It is a very beautiful question. You know in life when you’re an engineer, you’re a designer. The moment we become a designer, we think and when we think, it is just enough that there is a boost, you can just understand what is the best decision for you in life. That’s right, I’m a trained mine engineer, but you have to know one thing: in our country, we live in a very virgin world. If a designer is there, he thinks about areas he can embrace outside the mining sector and if you try to find that we can go in the positive direction with this activity, I do it right away. That’s why I chose the oil field because it’s a special setting. We have something very, very different from our seniors because we are marketing the mobile service stations. However, these mobile service stations can open up the most remote areas, avoid speculation, avoid the lack or lack of petroleum products in the most remote areas of Guinea. That’s why our business is a little different from our seniors.

Africa TIMES Magazine: This is an opportunity for us to ask the question, what are your views on the oil sector in the context of management in Guinea, especially in mining areas? ?

Louis Camara : I can safely say today that this sector is doing very well right now because there is respect for the commitment to the supplier and us. As you know, in the area of ​​oil distribution in Guinea, there is a regulation that is there. This regulation is legislated by the NAPO (National Office of Petroleum) which is the bridge with the SGP (Guinean Oil Company) which is the main actress for the reception and allocation of petroleum products to the marketers. On the other hand, there is NAPO, which is following rules and regulations from all stakeholders. So it’s a sector that is doing well because it’s well-regulated and well-structured, and all the points are clear so that this sector can follow its path in the rules and all the rigor that comes with it, because you As you know, petroleum products are products that are dangerous, products that are sensitive. But these products are also in a nerve sector, so this area contributes to the development of the nation, for example, there is a well-ranked supply. That’s on the one hand. And on the other hand, there is no scarcity, there is no lack. You know here if there is no fuel at the pump what it can affect the economic sector. That’s why this sector is very well regulated and frankly, I can safely say that it’s doing very well right now in our country.

Africa TIMES Magazine : So the mining industries, the mining companies that are in particular in Kamsar can finally rely on this security and on this regularity of supply that allows them to make their forecasts in the medium and long term. What is your recipe in this success ?

Louis Camara : You know the Boké area is a mining area par excellence. Currently, there is a lot of large-scale mining work going on in the Boké area. If you only take CBG Compagnie de Bauxite de Guinée), which is an international company doing a fairly substantial production. To do this work, she has currently called on the companies that are subcontracting with her to expand her facilities. We are in contact with these subcontractors, we guarantee them the supply and distribution of fuel. I have quite a lot of customers (Golas, Satom, Technesol, Wibo, Wining), a lot of companies that are doing subcontracting work with local companies. Beside the CBG, you have the GAC (Guinea Alumina Corporation) that we also supply fuel. A lot of companies that are next to SMB near Katougouma, Dapilon, that’s in the area of ​​Kolabounyi with whom we are working. We provide them and we guarantee the availability of these petroleum products.

Africa TIMES Magazine : Je pense que ça été une grande lutte pour vous de proposer une idée originale, je pense que vous avez été primé dans le monde pour cette innovation, vous avez eu peut être des difficultés, quels sont les moments les plus importants dans votre entreprise.

Louis Camara : Les moments critiques pour moi, c’est quand je suis face aux défis, du moment où j’ai du challenge devant moi. Je réfléchis alors, j’essaye de tracer mon chemin, j’essaye de tracer ma trajectoire pour voir quels sont les plans que je vais mettre en place pour y arriver. Donc, ce sont des moments qui sont parfois très hallucinants. Mais après, je tire mon épingle du jeu, donc c’est des moments très critiques pour moi. Ça, c’est d’une part. D’autre part, quand actuellement vous savez la concurrence est assez serrée et vous savez dans le secteur pétrolier, les prix sont fixés, les prix sont réglementés, donc tu ne vends pas ta marchandise comme tu le veux. Du moment où tu as cette contrainte, il y aura d’autres services à côté que tu peux apporter à tes clients pour qu’ils soient satisfaits, c’est en ce moment que vos clients vont avoir confiance en vous. Il y aura alors quelques services auxiliaires qu’ils vont vous confier qui vous permettront de faire des activités génératrices de revenus.

Africa TIMES Magazine : J’ai vu que Kamsar Pétrolium, par exemple, fait des prestations connexes. Quand on va chercher des produits pétroliers, on a besoin peut être de laver son camion, sa voiture, de faire le vidange et d’acheter parfois à boire simplement. J’ai vu que vous avez aussi mis en place ces services. Est-ce-que c’est une filiale, c’est toujours le même groupe qui fait ces distributions des produits non pétroliers ?

Louis Camara : Comme vous l’avez dit Kamsar Pétrolium est en train de s’implanter en Guinée, de se faire son réseau et se faire son développement. Donc, dans nos opérations, nous ne distribuions pas des produits pétroliers seulement à partir de nos stations-services mobiles. Nous avons des entreprises qui ont des engins assez lourds qui ne peuvent pas chaque fois se mobiliser pour être dans nos stations. Donc, ces engins-là, nous avons des services à côté qui viennent les servir sur le site. Ça c’est l’un des services que nous sommes en train de faire pour développer notre secteur d’activités. Nous avons aussi notre station tampon qui se trouve à Kamsar, nous avons une boutique à côté, toutes les personnes qui viennent pour payer du carburant comme les autres stations ordinaires, s’y payent des rafraîchissants ou y font d’autres courses qu’ils peuvent rencontrer dans notre boutique. Mais, notre activité principale actuellement est essentiellement liée au transport et à la distribution de ces produits pétroliers aux sociétés minières avec qui nous avons des contrats.

Africa TIMES Magazine : Je vois que vous êtes dans un monde très concurrentiel où tout peut arriver et où tous les coups sont permis. Votre concept de station d’essence mobile est un concept innovant, toute l’Afrique vous a applaudi ainsi que le monde. On vous voit partout dans les salons internationales des hydrocarbures, donc vous avez à faire face à un défi de développer votre entreprise. Pourrez-vous nous donner un aperçu de vos perspectives dans ce cadre très concurrentiel ?

Louis Camara : Comme vous venez de le dire, vous savez quand on est jeune et que nous avons l’avenir devant nous. Vous pouvez chaque fois attaquer d’autres domaines qui pourront vous aider à développer votre secteur bien précis, il faudra apporter ce qu’on appelle le sérieux à la chose. Du moment où vous apportez du sérieux à la chose, vous vous faites remarquer tout de suite parce que vous allez vous faire remarquer non seulement par la rigueur, mais aussi vous allez vous faire remarquer par le bon travail, vous allez vous faire remarquer du fait que vous avez fait approcher des jeunes qui sont-là bien engagés, qui sont décidés à développer avec vous de par vos comportement, de par votre présence dans votre secteur d’activités. Donc, tant que vous essayez de poser ces jalons, tout de suite vous allez vous faire remarquer. Donc du moment où vous vous faites remarquer, vous serez sollicité par tout, tantôt c’est des forums, tantôt c’est des grandes conférences, tantôt c’est des primes qu’on vous décerne. Cela est encourageant parce que parfois vous vous rendez compte que la maison que vous êtes en train de construire est une maison bien bâtie sur du solide parce que vous êtes en train de vous faire remarquer dans le bon sens, sur le bon chemin pour développer votre secteur d’activités.

Africa TIMES Magazine : En 2016-2017, consécutivement, vous avez eu le prestigieux prix de meilleur manager Africain de l’année, pourrions-nous parler un peu de ce succès ?

Louis Camara : Le succès c’est bien, j’ai eu ce prix, j’ai été meilleur manager Africain par le CIMA (Conseil International des Managers Africains) pas parce que c’est moi qui suit le meilleur, mais parce que je suis un jeune à encourager. Notre projet était à encourager parce que c’était un projet innovant, donc nous avons été primés dans ce sens parce qu’on avait notre concept à nous et nos objectifs.  C’était tous ensemble se donner la main pour développer notre pays dans notre secteur. C’était notre part de contribution d’aider les dirigeants de notre pays à développer notre pays avec eux, développer notre secteur d’activités avec ces dirigeants. Donc, c’est eu égard à tous ces jalons que je viens de citer que nous avons été choisis comme étant meilleur manager Africain.

Africa TIMES Magazine : Avant que je pose la dernière question, je voulais savoir si le concept de station essence mobile est une marque déposée, est-ce-que vous êtes ouvert à la concurrence en Guinée, en Afrique, les gens peuvent créer le concept aussi librement, même bien-sûr tout le monde n’a pas votre équipement ?

Louis Camara : Nous n’avons pas de marque déposée, mais vous savez, dans le secteur pétrolier, il faudra bien réfléchir pour toucher du doigt d’où le besoin se fait sentir le mieux. Chacun peut faire ce qu’il veut faire mais en le faisant, il faut bien le faire dans les règles de l’art mais surtout dans la sécurité. Or, nous, nous avons des stations-services mobiles qui sont certifiées, nous avons des stations-services mobiles conçues pour la cause dans les normes les plus sécuritaires au monde. Je sais ce que je suis en train de vous dire. C’est pourquoi nous avons opté à suivre ce concept, à embrasser ce domaine pour que nous puissions développer ce secteur mais dans des cadres techniques et sécuritaires bien définis.

Africa TIMES Magazine : Vous avez un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs du continent ?

Louis Camara : Oui, j’ai des conseils à donner aux jeunes surtout à la nouvelle génération de guinéens parce que avant tout nous sommes guinéens, il faudra que nous tous nous pensions au développement socio-économique de notre pays. Le conseil que j’ai à donner aux jeunes surtout les leaders est de se lever comme un seul homme pour avoir un lendemain meilleur. Non seulement je conseille d’éviter l’immigration en restant dans notre pays et poser des actes allant dans le sens du développement économique de la nation. Aujourd’hui, nous sommes fiers de poser quelques choses pour notre pays, comme ça demain, on aura quelque chose à léguer pour la génération future. Tout ce que je vais dire aux jeunes de Guinée,  c’est dire qu’on en aura jamais assez dans le domaine de développement de notre nation. Nous devons donc faire preuve de maturité en donnant de très bels exemples à la génération future.  On avait dit au début de cet interview, ce n’est pas que Kamsar Pétrolium que nous sommes en train de diriger. A côté de Kamsar Pétrolium, nous sommes en train de développer aussi le secteur minier. Nous allons exploiter les jours qui suivent une carrière de dolorite dans la zone minière de Boké, tout ça c’est des actions qui sont liées aux emplois jeunes, c’est des actions qui sont liées à la création de l’emploi pour la jeunesse guinéenne, donc nous sommes en train de faire ce secteur aussi que nous allons développer si le temps nous le permettra et s’il plait à Dieu.

Africa TIMES Magazine : Je vous remercie Monsieur Louis Camara

Louis Camara : C’est moi qui vous remercie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *